Récit d'exil

Par 31 juillet 2020 à 21:26

Clemantine Waramiya : son nom ne vous dit rien ? Moi non plus ! Pourtant, elle gagne à être connue. Désormais conférencière et militante des droits humains aux Etats-Unis, elle a fui le génocide rwandais avec sa sœur Claire à l'âge de 6 ans. S'en est suivi 6 années de pérégrinations à travers différents pays du continent africain. Elle a survécu à la guerre et à la misère des camps de réfugiés pour enfin arriver aux Etats-Unis où elle est accueillie dans une famille d'adoption. Dotée d'une grande force de caractère, elle reprend des études à Yale. Bouleversée par le récit "La nuit" d'Elie Wiesel, elle se retrouve sur le plateau d'Oprah Winfrey en compagnie de l'auteur et de sa famille rwandaise qu'elle n'a pas revue depuis 12 ans. Elle décide d'écrire son récit avec l'aide d'une journaliste afin de mettre de l'ordre dans ses pensées. Le résultat est un témoignage poignant sur le destin de cette jeune femme brillante qui jamais ne tombe dans le pathos ou le voyeurisme.

J'ai particulièrement aimé le fait qu'elle évoque le regard souvent condescendant que l'on porte sur les réfugié.e.s, comme si nous avions tout à leur donner et à leur apprendre. Pourtant, face à un.e exilé.e qui ne possède aucun bien matériel et qui vit dans la misère, se trouve peut-être un.e brillant.e scientifique ou artiste qui aurait beaucoup à nous transmettre. Plutôt que d'être dans la logique "donner-recevoir" qui implique un rapport de pouvoir, elle propose plutôt d'entrer dans une dynamique de "partage". Ainsi, on sort du schéma "sauveur-victime" et le rapport est rééquilibré.

Dans ce récit, l’autrice dénonce à plusieurs reprises les conséquences de la colonisation belge dans son pays. A leur arrivée il y a plusieurs décennies, les colons ont divisé la population en plusieurs ethnies alors qu’elle vivait en paix jusqu’alors et sans distinction ethnique. Est-ce que le génocide rwandais aurait eu lieu sans cette colonisation ? La question est posée.

Un récit qui raconte l’exil, la résilience et l’intégration dans la société occidentale après des épisodes de guerre traumatisants.

Charlotte Benzi - Bibliomedia Lausanne